L'ACTUALITÉ

un étudiant en médecine opère avec succès sa mère

Publié le : 05 Février 2019

 

Un fait rarissime, et probablement une première en Tunisie, lorsqu’un un étudiant en troisième année médecine contribue au succès d’une opération chirurgicale effectuée sur sa mère.
Ghaith Oueslati, le jeune étudiant a dévoilé cette nouvelle sur son compte Facebook, défiant ainsi toutes les restrictions morales qui font croire qu’un médecin ne pourrait pas opérer un membre de sa famille, ou même une personne proche.

 

Il est clair que le jeune n’était pas livré à lui-même durant cette expérience mais était encadré par le professeur en oncologie médicale Hamouda Boussen.

 

« Sachant tout ceci et surtout découragé par plusieurs personnes à procéder à ce geste, mon avidité de savoir et surtout mon amour inestimable pour la dénommée Basma Oueslati m’ont poussé à prendre mon courage à deux mains pour réaliser cette intervention moi-même.

 

Entre les " tu ne pourras jamais le faire c’est inconcevable ", et les " quelqu’un d’autre pourrait le faire à ta place ", j’ai insisté à réclamer cet immense honneur qu’est la restauration du bon état de santé de ma mère, qui jusque-là demeurait un rêve d’enfance, une vision classique entendue dans les rigolades » a-t-il expliqué.

 

« Ayant parlé de cette initiative à mon cher encadreur, le professeur Hamouda Boussen, à qui je dédie avant tout le monde ces petits mots que je rédige. Il m’a répondu par une seule question : »Tu te sens capable ? Alors commençons ». Il a été là tout au long de chemin, depuis les toutes premières observations que j’ai témoigné pour me familiariser avec l’opération, pendant les premières tentatives assistées, jusqu’au jour où il a supervisé la récolte du fruit final de ses labeurs », a-t-il encore raconté.

 

« En toute honnêteté, au début j’avais cru qu’en tenant la lame pour inciser la chair de la femme qui m’a mis au monde, je serai en doute, tremblant, dominé par l’hésitation d’annuler et d’abandonner. Mais à ma grande surprise, ce fût l’inverse : En réalisant le simple fait qu’il faut ouvrir pour guérir, couper pour soigner, tout se dissipe et c’est réussi.

 

L’opération n’étant pas aussi énorme que ça, mais a été la raison derrière une chose qui elle est énorme : C’est au cours de ce voyage académique que j’ai découvert une certitude personnelle, une passion pour la chirurgie amorcée par cet acte aussi banal qu’il peut sembler », a-t-il témoigné.

 

Notons que l’opération, dont l’étudiant n’a pas dévoilé la nature, s’est déroulée au service Oncologie Medicale Hopital Abdel Rahmen Mami Ariana. La mère se porte actuellement mieux.

 

src: webdo.tn