2ème quinzaine du mois de Ramadan : La concurrence entre les feuilletons

La concurrence entre les feuilletons s'intensifie au grand bonheur des téléspectateurs

Durant cette deuxième quinzaine du mois saint, l’effet Maktoub2, continue sa percée sur la scène médiatique tunisienne et cette fois la voie semble bien tracée puisque la parodie humoristique, 2050, diffusée sur la chaîne Hannibal TV a touché à sa fin.
 
Considéré comme le phénomène de ramadan 2008, Maktoub a cartonné grave durant la première saison, il a contribué à sauter plein de tabous : Le racisme, la drogue, l’adultère et autres que le scénariste Taher fazaâ n’a pas hésité à galvauder. Accusé au début de cette saison 2009 de répétition et de déficit d’imagination en matière des thèmes traités, le feuilleton a été camouflé par le franc succès du nouveau concept 100% tunisien de la série 2050. 
 
 
 
 
Pour cette deuxième quinzaine de ramadan, un nouveau bataillon de feuilletons et de sitcoms vient défier le succès de maktoub2. En effet, Nessma TV, de son côté, a compris le jeu et a proposé un feuilleton convoité par les tunisiens, les maghrébins et les arabes. Il s’agit du feuilleton Houdou Nesbi de Chawqui El Mejri. Cette nouvelle série a tous les éléments de réussite. Collée à l’actualité du monde arabe, elle traite un sujet sensible puisqu’elle revisite la dernière guerre en Irak à travers les yeux de deux journalistes arabes, l’un syrien et l’autre Egyptienne qui plongent pieds joints dans l’enfer de l’attaque américaine pour mieux oublier chacun la crise personnelle qu’ils viennent de vivre, étant tous deux fraîchement séparés de leur conjoint respectif.

 Hannibal TV, n’a pas fait de son côté grand-chose, durant la première quinzaine avec Njoum Ellil. Un feuilleton classique qui a continué sur la voie de la répétition lassante des événements avec un rythme très lent. Mais, durant cette deuxième quinzaine la chaîne a donné une contre attaque avec « Prison Brika », parodie de la fameuse série américaine « Prison Break » mais cette fois avec une petite modification à la tunisienne puisque les évènements se déroulent en général dans une prison de femmes. Bref, La concurrence entre les différentes productions dramatiques ramadanesques semble bien rude en cette période et c'est tant mieux pour le spectateur !
 
 Nedra Bouhaouel