Sommet des universités Japon-Afrique du nord, à Tunis

Un sommet des universités Japon-Afrique du nord s'est tenu, vendredi, à Gammarth (banlieue nord de Tunis), avec la participation des présidents, recteurs et représentants de plusieurs établissements universitaires de Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie, Libye, Egypte et Japon.

Organisée pour la première fois en Tunisie, cette rencontre vise l'examen des moyens de renforcer la coopération scientifique, technique et académique entre les universités japonaises et leurs homologues dans les pays d'Afrique du nord.

Elle a, aussi, pour finalité de faciliter les échanges d'étudiants, de professeurs et de chercheurs, ainsi que de tirer profit des expertises dans les domaines y afférents.
 
 
 
Cette réunion a, en outre, offert l'opportunité de faire connaître le plan du ministère japonais de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et des Technologies pour attirer 300 mille étudiants étrangers, à l'horizon 2020, contre 100 mille, actuellement, et pour consolider la coopération académique et dans le domaine de la recherche avec tous les pays du monde, notamment d'Afrique du nord.

A l'ouverture des travaux, M. Béchir Tekkari, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a évoqué l'évolution notable de la coopération tuniso-japonaise, au cours de ces dernières années.

Il a ajouté que ces relations ont été marquées par l'établissement de partenariats dans de nombreuses spécialités scientifiques en relation avec le développement durable et la valorisation des ressources naturelles, comme la biotechnologie, les énergies renouvelables, l'environnement, les sciences et les technologies de la mer.

Il a, d'autre part, expliqué qu'en plus de l'échange d'étudiants, les mécanismes de coopération entre la Tunisie et le Japon englobent les volets techniques et financiers, ainsi que la réalisation de projets de recherche et l'établissement de programmes de coopération triangulaire au profit des pays africains, dans les domaines scientifiques, techniques et académiques.

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a rappelé, dans ce sens, la signature de 13 conventions entre les universités tunisiennes et japonaises, au cours de ces dernières années, et la présence, actuellement, de 80 étudiants tunisiens dans les établissements universitaires japonais pour des études en mastère et en doctorat.

Il a, en outre, indiqué que, le Japon, participe à la réalisation du pôle technologique de Borj Cédria, classé, en 2007, par Tokyo, comme l'un des cinq projets les plus innovants, dans le cadre de la politique de coopération financière pour le développement. 
Cette importante réalisation est considérée en Tunisie comme un modèle d'intégration des mécanismes de coopération financière, technique, universitaire et technologique, dans un cadre cohérent.

M. Béchir Tekkari a appelé au renforcement des échanges de professeurs et d'étudiants, ainsi qu'à la création de codiplômes, l'échange d'expériences en matière pédagogique, l'exploitation de la coopération entre le Japon et les pays d'Afrique du nord pour consolider l'innovation, dans l'entreprise, la contribution à l'émergence d'une nouvelle génération de chercheurs et la promotion de la recherche au service du développement durable.

Il a, par ailleurs, affirmé que la Tunisie est disposée à mettre toute son expérience au service des pays africains, pour l'exécution de projets et programmes communs, dans les domaines de la protection de l'environnement, la réduction des impacts des changements climatiques, le développement durable, la bonne gestion des ressources humaines, la diversité biologique, l'agronomie et la santé de la reproduction.
 
src: TAP