Le coup de gueule des étudiants de la révision comptable

C’est un long cauchemar vécu par les étudiants du cycle préparatoire à la révision comptable . Après des études en comptabilité couronnées en 2010 par une licence et après une marche du combattant qui a ouvert la porte à une inscription en mastère pour la révision comptable étape indispensable pour accéder à l’expertise comptable , ces étudiants croyaient que leur calvaire avait pris fin.
 
 
Tunisie etudiant- Le coup de gueule des étudiants de la révision comptable 121212 
 
D’autant qu’ils ont été soumis à une sélection rigoureuse sur dossier des candidats sortis de quatre institutions tunisiennes à savoir, l’I.H.E.C (Carthage), l’I.S.C.A.E (Manouba), l’I.S.G (Tunis) et la F.S.E.G (Sfax). Engagés dans cette formation avec la ferme conviction d’avoir garanti autant que possible une formation adéquate ouvrant la porte à une vie professionnelle dans les meilleures conditions .
 
Il est à préciser que cette formation s’étale sur deux années ponctuées d’examens semestriels et sanctionnées après la réussite à la fin de la deuxième année par une « attestation d’admissibilité » qui ouvre la porte à la candidature pour l’éxamen national « la révision comptable».
En cas de réussite l’étudiant fait un stage de trois ans en tant qu’expert comptable stagiaire . En cas d’échec à cet examen, l’étudiant obtient le « mastère » moyennant un stage et un mémoire.
 
Toutefois, cette attestation d’admissibilité n’a pas valeur de diplôme . Ainsi les jeunes étudiants ont été confrontés à une nouvelle difficulté bien qu’ils soient des «Bac + 5» , ils ont été engagés dans le marché du travail avec une simple licence . Bien mieux , ceux pour qui l’objectif principal consiste à passer le concours sus-mentionné , doivent attendre indéfiniment.
 
La date initiale a été fixée au mois de septembre, a été retardée à Octobre, puis à Décembre, puis à Janvier ou Février.
Aux dernières nouvelles, les malheureux étudiants qui n’ont cessé d’éffectuer les «visites de confirmation» auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur , ont subi le 03 Décembre une douche écossaise en apprenant que le fameux concours pourrait avoir lieu en Décembre 2013.
 
Il est à préciser que le problème c’est un décret qui permet uniquement aux titulaires d’une maitrise de passer le concours, le quel décret , 6 ans après la mise en place de la réforme LMD et 3 ans après la sortie des premiers licenciés n’a toujours pas été mis à jour .
 
Après discussions, nous espérons qu’un effort sera fait pour avancer cette date au mois de Juin 2013 . Malgré ce retard inquiétant , nous accordons une fois de plus le préjugé favorable au département qui n’a pas tenu , malheureusement , compte des difficultés que traversent ces jeunes qui sont sensés s’engager sans difficultés particulières pour la participation à l’édification de la Tunisie nouvelle.
 
Nous sommes cependant en droit de nous poser des questions essentielles:
Est-il normal de laisser attendre des étudiants toute une année pour pouvoir passer un concours?
Pire encore est-il normal de lancer une réforme sans prévoir le changement du cadre règlementaire afférents
Nous savons tous que le pays a un grand problème de chômage mais laisser les gens attendre une année pour passer un concours n’est vraiment pas la solution.
 
Source: Le Temps / Mariem Chiboub / IHEC Carthage
Photo d'illustration